Le mental dans la tradition du Yoga

auteur: Silvia Schmitt

Ajna Chakra, le centre d’énergie du front
On l’appelle aussi le centre du mental

Définition du Yoga selon Patanjali : « Chitta vritti nirodhah » Yoga c’est le               refreinement du mental.

Chitta – la structure mentale inconsciente, le mental subconscient, lieu de stockage pour la mémoire.

La création de Buddhi et de Manas

Buddhi a un rôle clé : Il fait la jonction entre le plan de conscience humain et le plan divin.
Selon le Samkhya c’est le premier principe qui est issu de Prakriti (Shakti) avec une prédominance de Sattva. C’est le mirroir de la pure conscience (Purusha ou Shiva). De Buddhi est issu Ahamkara (traduction : c’est moi qui fait / égo) qui lui a produit manas.

Les trois ensemble, Buddhi, Ahamkara et Manas, on les appelle l’organe interne: Antahkarana.

Définitions :
Manas, le mental inférieur : fait croire que les choses sont à l’extérieur de nous, crée la séparation, perception erronnée, fausse affirmation qui crée les ennuis dans notre vie.

  • C’est l’instrument de l’égo. Manas est lié aux sens de perceptions (vue, ouille, etc.)Pense d’une manière intéterminée, juge, condamne
  • Buddhi  veut dire la faculté d’éveil. – mental supérieurBuddhi (ou Mahat, le grand), le mental supérieur est proche de l’Atman, le Soi : intuition, connaissance directe, discernement, décision.
    Buddhi est associé à l’Atman, au Soi, à notre véritable nature qui est lumière Pense d’une manière déterminée, perçoit les choses globalement.

Manas, le mental inférieur a un potentiel, un capital. Ce capital n’est pas le même pour tout le monde. Il s’agit de l’user par les pratiques de Yoga : rétentions poumons pleins, se forcer de rester en posture, de faire des pratiques sur une certaine durée, de garder l’immobilité. Cela permet de basculer de temps en temps de l’autre côté, vers Buddhi – et peut-être, un jour, de s’installer en permanence dans la conscience divine.

On peut  fixer le mental par des pratiques de concentration (sur un point externe ou interne, sur une flamme, un yantra, un chakra etc.)

On peut apaiser le mental en l’utilisant pour les mantra, qui en même temps nous permettent d’accéder à des niveaux supérieurs.

Pour apaiser le mental, il faut rentrer en soi (retrait des sens)

Le souffle et le mental sont liés. Si le mental s’apaise, on a une chance de pouvoir goutter au non-souffle.

La vrai méditation c’est l’absence du mental ordinaire. Un moine tibétain a défini la médiation comme suit :
Prolongez l’espace entre deux pensées, vous trouverez la méditation.

Pendant la méditation on accède à Buddhi.

Absence de pensée → la conscience pure est reflétée

Il y a une image classique, le lac sans aucune vague, comme un mirroir, qui reflète la conscience pure.
Si les vagues (manas, pensées) viennent troubler la surface, le reflet est toujours là, mais il y a déformation.

 

Laisser un commentaire