LE PLAN MENTAL

 

Auteur: Silvia Schmitt

Une des fameuses définitions du Yoga, celle de Patanjali est « Chitta vritti nirodhah »

Chitta : structure mentale
Vritti : mouvement
Nirodahah : refrènement, ralentissement

Yoga c’est le refrènement du mental.

Si on sait que Yoga veut dire « union » – l’union de l’individu et du divin, l’union du haut et du bas – on peut comprendre que le mental est une clé essentielle pour arriver à cette union.

Si on part du Samkhya qui énumère les différents éléments, les différents plans entre l’individu humain, le plan dense de forme et le plan suprême, la divinité, le sommet de la pyramide, il est certain que cette énumération nous donne une clé importante pour pouvoir faire la jonction entre le dense, notre être incarné et la source, dont nous sommes issus. C’est le côté intellectuel qui permet de comprendre ce que nous visons, permet de comprendre que cette union entre le haut et le bas est possible.

Voir le schéma ci-dessus.1

ShivaShakti en union +-  androgyne féminin et masculin unis Dieu énergie et conscience unis

 

 

 

2  Shakti Prakriti L’énergie

3   Shiva Purusha La conscience

Jiva, le plan individualisé                                                                                        contient l’Antah Karana,     L’organe interne qui est triple        – Bouddhi ou Mahat           le mental supérieur        – Ahamkara (égo)        – Manas (le mental inférieur)

Ce schéma est arbitraire. L’homme veut toujours séparer pour comprendre, mais au fond il n’y a pas séparation : Shakti contient toujours Shiva et Shiva contient toujours Shakti, car ils sont inséparables (ainsi nous disent les textes).

Il y a eu émission de la même chose, et plus on s’éloigne de la source, de ShivaShakti, de Dieu, plus les vibrations sont basses. Tout est une question vibratoire, de fréquence.

 

On dit tel en haut, tel en bas. Prenons un couple, un homme et une femme. Ils s’unissent et créent un enfant. Cet enfant peut être masculin ou féminin, selon les circonstances. On ne peut pas dire que la fille n’a pas l’héritage du père ou le garçon pas l’héritage de la mère. Juste un petit chromosome a fait la différence du sexe. C’est ainsi qu’il faut comprendre cette séparation de ShivaShakti en Shiva et Shakti.. Fondamentalement c’est la même chose, la possibilité de l’androgynat est toujours présente.

Je vous présente une analogie :

Shiva est la partie pensante, le disque dur de l’ordinateur qui contient tous les programmes.
Shakti est l’énergie qui peut le mettre en route, le courant électrique, si vous voulez.
L’un ou l’autre seul ne fonctionne pas.

Si vous voulez que quelque chose s’affiche à l’écran, que vous pouvez utiliser un programme, il faut les deux.

Tout ce qui a été créé correspond à l’écran et la possibilité de l’application des différents programmes.

Nos vies sont ce qui se passe sur cet écran divin. Mais ce sujet, je le développerai à un autre endroit.

On veut comprendre Bouddhi (le mental supérieur) et Manas (le mental inférieur).

 

La création de Buddhi et de Manas

Leur siège dans l’individu est Ajna chakra, le chakra du front que l’on appelle aussi le lac mental.

Bouddhi

est plus haut dans la pyramide, sur un plan vibratoire plus haut que manas.

La Bouddhi a un rôle clé. : C’est la jonction entre le plan de conscience humain et le plan divin.a

La bouddhi peut s’activer quand le noeux de Ajna (Rudra Granthi) a été purifié et que sur le plan physique la glande pinéale joue à nouveau son rôle d’antenne vers le plan divin.

Selon le Samkhya  Bouddhi est le premier principe qui est issu de Prakriti (Shakti) avec une prédominance de Sattva. C’est le miroir de la pure conscience (Purusha ou Shiva). De Buddhi est issu Ahamkara (traduction : c’est moi qui fait / égo) qui lui a produit manas.

Les trois ensemble, Bouddhi, Ahamkara et Manas, on les appelle l’organe interne ou en sanskritAntahkarana.

Définitions :

  • Bouddhi  veut dire la faculté d’éveil. – mental supérieur
    Bouddhi (ou Mahat, le grand), le mental supérieur est proche de l’Atman, le Soi : intuition, connaissance directe, discernement, décision.

    Buddhi est associé à l’Atman, au Soi, à notre véritable nature qui est lumière (Sattva Guna)

    Pense d’une manière déterminée, perçoit les choses globalement.

     

  • Manas, le mental inférieur : fait croire que les choses sont à l’extérieur de nous, crée la séparation, perception erronée, fausses affirmations, jugements. Tout ce qui crée les ennuis dans notre vie.

    C’est l’instrument de l’égo. Manas est lié aux sens de perceptions (vue, ouille, etc.)

    Pense d’une manière indéterminée, juge, condamne

 

Il est important de comprendre que fondamentalement c’est la même chose, puisque le mental est en-dessous de Bouddhi. La différence est le plan vibratoire. Si nous pouvons rester sur le plan vibratoire de Bouddhi, le plan de l’éveil, le plan avec la liaison au divin, le mental inférieur est à nouveau intégré dans le plan supérieur sans ses côtés perturbatrices. Il est le serviteur.

Il ne s’agit pas de tuer le mental inférieur, mais de l’éduquer, de l’élever. Ainsi on pourra agir à partir du plan bouddhique tout en ayant les capacités du mental inférieur à disposition. Ex : faire des calculs, organiser une sortie.

 

 

Manas, le mental inférieur :

 

Qu’est-ce qui alimente le mental inférieur :

 

  • Les organes de sens : yeux, ouille, le toucher, l’odorat, le goût qui sont associés au 5 chakra du tronc.
  • La mémoire consciente et inconsciente (samskaras), ce qui est stocké dans le subconscient.

 

Prenons un exemple du fonctionnement du mental inférieur :

Je vois un publicité du chocolat Milka → cela éveille le désir d’en manger, comment me le procurer

Sur la pub du chocolat Milka il y a une vache, on pense à la Suisse, pays d’origine de la marque de ce chocolat, on pense au lait, les produits laitiers sont malsains, il ne faut plus manger de fromages, sinon il y a trop d’acidité dans le corps, trop d’acidité est un terrain pour le cancer, ma mère est morte d’un cancer, on a le cancer dans la famille, je pourrais être touché par le cancer etc. etc.

D’une publicité on arrive à la peur du cancer.

 

C’est ainsi qu’il tourne, qu’il tourne …. C’est lui aussi qui nous empêche de dormir !

Pour accéder au plan bouddhique, aux inspirations du plan supérieur, il faut le silence intérieur. Alors on peut capter. Vous ne pouvez pas en même temps émettre et capter.

Essayez de mettre de l’eau dans une cruche qui est déjà pleine !

 

 

Manas a un potentiel, un capital. Ce capital n’est pas le même pour tout le monde. Il s’agit de l’user par les pratiques de Yoga

 

Comment éduquer le mental inférieur, comment l’élever ?

 

Les pratiques de Yoga nous sont d’une aide inestimable. Elles nous permettent de basculer de temps en temps de l’autre côté, vers la Bouddhi – et peut-être, un jour, de s’installer en permanence dans la conscience divine.

Pour apaiser le mental, il faut rentrer en soi (retrait des sens)

 

Nous avons les techniques suivantes, qui ne sont pas limitatives :

 

  • Le travail sur le souffle, le souffle et le mental étant intimement liés.  Si la respiration s’apaise, le mental s’apaise. Si le mental s’apaise, on a une chance de pouvoir goutter au non-souffle

     

  • Imposer une discipline : Les rétentions poumons pleins, se forcer à rester en posture, de faire des pratiques sur une certaine durée, de garder l’immobilité.

     

  • On peut  fixer le mental par des pratiques de concentration (sur un point externe ou interne, sur une flamme, un yantra, un chakra etc.)

     

  • On peut apaiser le mental en l’utilisant pour les mantra, qui en même temps nous permettent d’accéder à des niveaux supérieurs.

     

  • Par l’observation, la méditation.

    La vrai méditation c’est l’absence du mental ordinaire. Un moine tibétain a défini la médiation comme suit :

    « Prolongez l’espace entre deux pensées, vous trouverez la méditation. »

    Pendant la méditation telle que définie ci-dessus, on accède à Buddhi.

     

    En l’absence de pensée, la conscience pure est reflétée

     

    Il y a une image classique, le lac sans aucune vague, comme un miroir, qui reflète la conscience pure.

    Si les vagues (manas, pensées) viennent troubler la surface, le reflet de la conscience est toujours là, mais il y a déformation, distorsion.

Ce contenu a été publié dans Non classé par Silvia. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Silvia

On m'appelle Silvia Schmitt, et je suis professeur de Yoga en Alsace. J'enseigne un yoga traditionnel ancestral selon la tradition des Natha Yogi qui se réfèrent à Matsyendranath et Gorakshanath.

Laisser un commentaire